14, rue de l'arche sèche - 44 000 Nantes

Grandes Improvisées 2020

Pour cette huitième année, la Fabrique à Impros continue la grande tradition de la rentrée des classes de l’impro à Nantes. Toujours dans le quartier Chantenay, dans la Salle du Dix que vous connaissez bien, ce sont deux jours d’improvisation qui seront proposées à la fin de l’été.

Parce qu’on ne change pas une formule qui gagne, nous partons pour cette nouvelle édition sur les mêmes recettes que les années précédentes ! Des stages variés et inédits par des formatrices et formateurs venant de toute la France ! Paris, Toulouse, Avignon, mais aussi du Grand Ouest et bien sûr la part belle à la formation nantaise !

Travail du corps, impro et musique, techniques d’écriture mais aussi la méta ou casser les codes, il y en aura pour tous les goûts !

Le samedi soir, deux spectacles seront proposés dans la salle du Dix. Les stagiaires, mais aussi le public, pourra notamment assister à Bio, de la compagnie parisienne Eux.

Après le succès des années précédentes, c’est encore plus de 100 improvisateurs et improvisatrices qui sont attendus le week-end des 29 et 30 août 2020.

Attention, les inscriptions aux Grandes Improvisées sont individuelles.

Vous ne pourrez pas ajouter deux stages du samedi ou deux stages du dimanche dans votre panier.
Si vous avez déjà ajouté un stage samedi dans votre panier et que vous changez d’avis,
vous devrez l’en retirer avant de pouvoir ajouter un autre stage.

Si vous ajoutez un stage du samedi et un stage du dimanche à votre panier,
le tarif sera automatiquement actualisé pour bénéficier du forfait deux jours.

Toute inscription à un stage vous donne automatiquement accès aux spectacles
du samedi soir.
Pas besoin de les commander en plus !

Les stages programmés

Samedi 29 août

LES STAGES SE DÉROULERONT EN FONCTION :

Au Dix Théâtre
Butte Sainte-Anne – 10 place des Garennes
44 100 Nantes

OU :

À la Fabrique à Impros
14, rue de l’Arche-Sèche
44 000 Nantes

Portrait de Catherine Bossard

Catherine Bossard

Animalité

70,00Ajouter au panier

Ce stage s’adresse aux improvisateurs qui ont envie de mettre leur cerveau au vestiaire et de chercher du plaisir de jeu pur, brut et à l’état sauvage. Pendant un moment, on va s’offrir ensemble l’occasion d’être bête, de manière heureuse et décomplexée.

On va être des bêtes, d’ailleurs, pour être exact.e.

Aux confluents de l’improvisation, du théâtre corporel et du jeu clownesque, les participants pourront expérimenter leur part d’animalité. Une exploration du comportement des primates, des chiens ou d’autres animaux existant ou n’ayant pas encore existé, leur permettra de construire des personnages (corps et énergie) et d’établir des relations entre eux. On vivra des histoires sans paroles où se dit l’essentiel : attachement, danger, établissement d’une hiérarchie…

On va se chercher des poux et se sentir le cul. Au figuré. Ou pas. Observer, réagir plutôt qu’anticiper, ressentir plutôt que déduire… Rien de révolutionnaire, en somme. Juste quelque chose de très naturel.

Portrait de Théo Boyer

Théo Boyer

quentin with love

70,00Ajouter au panier

Le style de Quentin Tarantino pourrait créer, à lui seul, une branche à part entière du théâtre d’improvisation.  Lorsqu’on décortique le genre Tarantino, on retrouve des procédés, une manière et une signature qui ne trompent pas :

  • La construction narrative, découpée comme un roman avec ses chapitres présentés au public via un panneau et un titre.
  • les dialogues des personnages, révélant des moments paraissant futiles, ou ces derniers parlent de tout et de rien, mais donnant du relief et du suspens aux scènes.
  • la narration non linéaire, où Quentin utilise flash-back, forward, ou flash-forward. Il s’est libéré de la trame classique : scène, problème, solution, fin. Et c’est ce qui fait la force de ses scénarios.
  • L’humour, qui vient créer des respirations et éloigner la morale. Quentin joue avec l’humour, souvent absurde, et créé des décalages absolument partout.
  • La musique : Tarantino est un réalisateur qui la prend vraiment en compte. Et particularité importante : ses personnages aussi écoutent et jouent avec la musique ( la scène de la danse de John Travolta et Uma Thurman dans Pulp Fiction, Uma Thurman dans Kill Bill, ou encore la scène de la torture sous musique avec Michael Madsen dans Reservoir Dogs..)
  • La violence, bah ouais, quand même. Quentin sait filmer et scénariser les scènes de violence comme personne.

Pendant cet atelier, on s’amusera à jouer avec tout ce qui fait la patte Tarantino, pour nous amener à créer des histoires au style reconnaissable entre mille. On jouera avec la musique, avec les dialogues, avec la mise en scène. Dans un deuxième temps, on essaiera de créer des canevas pour organiser, construire et séquencer plus facilement ces impros tarantinesques.

Finalement, le style Tarantino transposé au théâtre d’improvisation,  est comme un bon exercice de fitness : il est complet et il fait tout travailler. Et bordel, on va bien se marrer.

Portrait de Victor Jamet

Victor Jamet

« Et… Fin de scène »

Transitions, fondus et plaisir de quitter la scène !

COMPLET

Il fait bon sous les projecteurs, si bon qu’on a du mal à regagner les coulisses. On peut même penser que partir est un aveu de faiblesse, un trou d’idée, une fuite qui laisse les autres en galère. Dans ce workshop on dira plutôt que :

  • Quitter la scène devient une super idée.
  • Quitter la scène glorifie un tableau, valorise nos partenaires.
  • Quitter la scène libère la créativité des autres.
  • Laisser un joueur/joueuse solo devient un cadeau.
  • Quand vous allez revenir, votre personnage sera encore plus fort.

Mais alors pourquoi on ne part pas plus souvent du plateau ? Nous allons tenter d’y répondre, comment et surtout à quels sont les mécanismes efficaces pour conclure une scène.

Au menu, « PUNCH, SILENCES, DÉPLACEMENTS, ELLIPSES, NOIR RÉGIE… » : le tout orchestré par notre meilleur ami tout au long de cette journée : le sens du TIMING.

Quel que soit votre format d’impro favori, la gestion du rythme et des transitions de vos scènes peut devenir diaboliquement efficace et terriblement addictif.

Les raisons de NE PAS CHOISIR ce stage :

  • Vouloir être LA star internationale de l’improvisation
  • Détester la musique en improvisation parce que ça fait un truc de plus à écouter
  • Être de très mauvaise humeur toute la journée
Portrait de Gilles Simonin

Gilles Simonin

Solos

Participants expérimentés

COMPLET

Ce stage propose une approche pédagogique et pratique pour travailler les improvisations solos. La démarche pour chaque participant est d’avoir des outils de travail, de la méthodologie et un espace de laboratoire pour jouer seul en scène, explorer son style de jeu, et trouver ce qui lui permet de s’exprimer pleinement.

L’improvisation solo permet souvent à l’improvisateur de se découvrir lui-même et d’oser prendre des risques et laisser libre cour à son univers et ses idées. En solo, il n’y a personne en soutient, pas d’aide extérieure, juste notre lâché prise, notre inconscient et ce qui fait de nous ce que nous sommes.  Être seul permet d’écrire d’une autre manière, d’oser certaines libertés pas toujours possible avec d’autres improvisateurs présents.

L’atelier sera organisé autour d’exercices/impros de théâtre contraignant les comédiens à travailler sur eux même et leur manière de jouer. De jouer avec les archétypes des impros solos et expérimenter des contraintes qui leur sont propres et qu’ils pourraient imaginer. Les improvisations solos jouées par les improvisateurs seront soit totalement libres, soit avec contraintes particulières et avec des accessoires/costumes.

Le but est de faire jaillir le style et l’univers de chacun tout en s’amusant et en jouant.

Objectif du stage :

Lors de ce stage, l’objectif est dans un premier temps de comprendre les mécaniques/ressorts permettant d’avoir toujours de la matière de jeu en étant seul sur scène. Puis dans un second temps de faire jaillir le style et l’univers de chacun tout en s’amusant et en jouant des improvisations solos.

Portrait d'Antoine Rup

Antoine Rup &
Kévin Guéguen

Musique et impro
!! Attention stage sur 2 jours !!

Ce stage aura lieu à la Fabrique à Impros

Ce stage ayant lieu sur deux jours, pas besoin de vous inscrire pour le samedi et le dimanche. Une seule inscription pour les deux jours.

Inscription musicien.ne

Inscription comédien.ne

L’idée de ce stage est d’explorer la relation entre la musique et le théâtre en improvisation. Des moments de ce stage se feront séparés (d’un côté musique, d’un autre théâtre) et d’autres moments seront communs.

Coté musique
  • Comment mettre en valeur la scène jouée ?
  • Comment colorer les mots, souligner les émotions ?
  • Quelle place prendre ?
  • Accompagner, proposer… ?

L’objectif de ce workshop est de faire un tour d’horizon des possibilités que propose le rôle de musicien dans l’impro.

Durant l’atelier, nous travaillerons sur la justesse de nos propositions, sur la place que nous pouvons nous allouer dans l’improvisation, sur l’écoute du musicien, sur l’intensité, sur différents modes de jeu ainsi que les registres qu’on peut utiliser pour faire honneur et inspirer nos partenaires de jeu.

Coté théâtre

Comment la musique va faire varier notre impro ? Comment s’en servir à bon escient ? Doit-on suivre la musique ou la remonter à contre-courant ? Comment peut-on se concentrer sur notre jeu, notre personnage, notre histoire ET EN PLUS écouter la musique ? Comment se servir de la musique pour ajouter de l’intensité à nos scènes ?

C’est ce genre de questions que nous allons aborder dans cette journée. Nous allons tenter de redoubler d’écoute pour que la musique ne soit plus un décor au service du théâtre d’impro mais bel et bien un réel partenaire de jeu.

Portrait de Joe Fuego

Joe Fuego

S’investir dans son costume

70,00Ajouter au panier

Considérant que les techniques de travail sur la prosodie et la corporalité étant déjà acquises, je vous propose de choyer votre auteur et d’apporter d’importantes dimensions à votre créature de scène.

S’investir pour servir son auteur.

Servir son propos par l’être fictionnel en étant en prise direct avec soi-même, faire parler son personnage pour apporter sa propre pensée.

C’est une sorte de jeu à plusieurs bandes entre vous vos partenaires et votre créature qui impose une chose : avoir quelque chose à dire.

Le geste caricatural est d’une redoutable efficacité et c’est un outil puissant dans l’immédiateté.

Le prix à payer : il provoque une déshumanisation du propos.

Nous verrons comment le mâtiner, l’abandonner ou le glorifier à travers cet atelier.

Comment porter sa parole d’auteur à travers son personnage.

Portrait d'Adrien Chauvin (c)Sylvain Le Brun

Adrien Chauvin

La parole du personnage

COMPLET

En tant qu’improvisateurs, nous sommes soumis à l’exigence de remplir simultanément tous les rôles qui entrent habituellement dans la production du théâtre. Il nous faut écrire la trame narrative, caractériser les personnages, planter les décors, choisir les répliques, conclure les scènes et tout cela en s’adaptant constamment à nos camarades et au public.

C’est pour cela que l’on devient si souvent à notre insu les vecteurs de ce que notre comédien ou notre narrateur intérieur a envie de dire ! On voudrait en dire trop, trop vite, tout expliquer. Nos répliques se retrouvent alors décalées de la réalité que vivent les personnages : elles sonnent faux.

Et bien que l’on apprenne dans nos premières années d’impro à réduire notre volume de texte et à mettre en avant l’expression corporelle, on travaille rarement la qualité du petit volume de texte qui nous reste.

Le dialogue reste pourtant un élément essentiel, qui conditionne la majorité de nos scènes, et le public ne s’y trompe jamais. Un changement de quelques mots peut changer dramatiquement l’intention d’un personnage. Un bon choix de vocabulaire peut planter le décor de la scène plus efficacement qu’un mime et les répliques les mieux senties peuvent rester gravées dans notre mémoire.

Cet atelier propose de se pencher sur l’écriture des répliques afin d’y traquer tous les artefacts qui trahissent le comédien derrière son personnage. Ceci afin d’obtenir un texte plus juste et donc plus facile à interpréter !

Il ne s’agit pas de dire « Adieu » à nos personnages décalés, un peu trop omniscients, un peu trop blablateurs, un peu trop enthousiastes, qui disent inexplicablement « oui, et » à n’importe quelle occasion. Le public aime bien ces personnages mais il sait que ce sont des « bêtes de scène » et ne s’identifie pas complètement à eux.

Il s’agit de s’entraîner à produire des personnages crédibles, pour ouvrir la voie à des histoires plus sincères, plus touchantes. En remettant l’expérience du personnage au centre de notre attention, nous nous exercerons à produire un texte clair et ancré dans la scène. Il n’est pas question de devenir des dramaturges : le rôle essentiel d’un improvisateur est et restera toujours celui de comédien, aussi c’est toujours par des scènes et exercices de jeu que nous apprendront à écrire. Une écriture spontanée et immédiate, adaptée à notre théâtre.

Portrait de Nabla Leviste

Nabla Leviste

Long form

COMPLET

Il existe de nombreux points communs à toutes les troupes et tou.te.s les improvisateurs.trices qui se lancent dans un format long. Parmi tous ces points communs, nous en sélectionnons 2 pour ce stage de 5 heures.

  • La possibilité d’avoir du temps pour raconter une histoire longue (« le temps c’est bien »)
  • La peur de ne pas réussir à tenir sur la durée une histoire et des personnages intéressants (« le temps c’est pas bien »)

Au cours de cette journée, nous essayerons de répondre à ce paradoxe.

Nous commencerons par travailler l’attitude d’un.e improvisateur.trice en format long : accepter encore plus d’être en logique chemin, de découvrir au fur et à mesure, de jouer avec les informations fournies, de changer de rythme et de prendre des risques. Ceci afin d’éviter de vouloir être trop propre sur scène, ce qui nous pousserait, encore plus qu’en format court, vers la logique résultat, vers l’anticipation et le jugement. En fin de matinée, nous expérimenterons des outils qui nous aident à nous faciliter la tâche et maintenir notre état d’esprit positif et créatif en format long.

L’après-midi, nous mettrons à profit cette attitude pour travailler deux outils techniques d’un format long : identifier et exploiter de qui / de quoi parle l’histoire, et faire des transitions entre les scènes.

Paradox owned!

Dimanche 30 août

LES STAGES SE DÉROULERONT EN FONCTION :

Au Dix Théâtre
Butte Sainte-Anne – 10 place des Garennes
44 100 Nantes

OU :

À la Fabrique à Impros
14, rue de l’Arche-Sèche
44 000 Nantes

Fanny Dufosse

Fanny DufossÉ

Contée

70,00Ajouter au panier

Keuwa ?? Raconter un conte bien ficelé sur 30 minutes ? Euh attendez là, il faut un conteur, des personnages, des paysages, des rebondissements, des émotions, peut-être même des chansons et potentiellement une morale à l’histoire !

Cool ! Vous avez déjà tous les éléments pour créer une belle aventure, maintenant y’a plus qu’à !

Venez décomposer les rouages d’un conte fantastique pour petits et grands, en mettant à profit tout ce que vous connaissez déjà en matière d’improvisation. Vous n’avez jamais fait d’impro ? Super ! Vous allez apprendre les ficelles du métier en allant droit au but : les étapes d’une bonne histoire.

Nous profiterons de la journée pour faire le tour de ces étapes, fil rouge de vos improvisations longues, et y trouver une totale liberté de création.

La journée dans les grandes lignes
  • La matinée : consacrée dans un premier temps à notre rencontre (on prend ses marques, on s’apprivoise, miaou, ronron) et au travail du corps. La mise en mouvement c’est la clef ! Ou en tous cas c’est la mienne. Puis dans un second temps nous aborderons directement les fondamentaux du conte pour en faire une trame naturelle.
  • La pause déjeuner coviviale.
  • L’après-midi : quelques exercices pour renouer avec ses personnages, les environnements, et pourquoi pas des chansons improvisées, et puis c’est parti ! On enchaîne les impros longues pour trouver la fluidité et surtout le plaisir !!
Portrait d'Hélène Rigole

Hélène Rigole &
Yann Hervé

Jeu corps lien

70,00Ajouter au panier

« Tout mouvement de quelque nature qu’il soit est créateur », écrivait Edgar Allan Poe.

Cette citation prend tout son sens sur scène, qu’il s’agisse de mouvement dansé ou de théâtre.

En tant qu’improvisateurs.trices il est important d’avoir conscience de ce que nos corps racontent, de ce qu’ils disent pour nous, et de la puissance de leurs intentions qui dépasse souvent nos mots. La connexion à soi et aux autres par le biais du mouvement est un moteur de jeu puissant qui permet d’économiser le texte et ainsi le rendre plus juste et plus incisif.

Par le biais d’outils tels que le contact improvisation, nous chercherons à explorer le jeu du corps, puis nous tisserons des liens avec le jeu parlé pour rendre nos scènes plus « incarnées » (étymologiquement, plus « en chair »).

Atelier pour personnes ayant une pratique régulière d’impro.

Portrait de Guillaume Roussel

Guillaume Roussel

Ambiances

COMPLET

Ambiances se veut être un stage laboratoire dans lequel je vous propose d’explorer les ambiances et atmosphères comme moteurs de jeu. L’idée est d’utiliser les ambiances comme tremplins à l’écriture. C’est parfois l’écrin qui donne la valeur du bijou.

Tout le potentiel de l’improvisation repose sur la sollicitation de l’imagination du public mais aussi des partenaires de jeu. Le mime, les bruitages, les postures, les sensations physiques, vont être ici de précieux outils pour favoriser la projection.

Comment une ambiance soigneusement conçue peut influencer les interactions ou la nature de l’enjeu ?

Il ne s’agit pas seulement de créer l’atmosphère de jeu, les personnages se doivent de le considérer, l’intégrer et l’alimenter sans pour autant en faire un focus. L’ambiance peut servir l’histoire en la contextualisant, mais aussi être un amusant outil de décalage pour créer des contrastes entre les propos et la situation.

La suggestion d’une ambiance est aussi très utile pour donner de la matière à l’écriture. Une chaude ambiance de repas familial peut être contrastée par la fraicheur d’un balcon durant une cigarette en solitaire. En donnant vie à une ambiance hors plateau, on s’impose une atmosphère. Car soigner une ambiance c’est aussi savourer les silences et prendre conscience de leurs apports.

C’est aussi l’occasion de transposer nos histoires en dehors des sentiers battus et en se forçant à chercher systématiquement l’originalité dans la proposition.

Plutôt que la traditionnelle scène à la machine à café, emmenons ces mêmes personnages dans le local à poubelles en pleine canicule…

Le voisin vient sonner à votre porte pour se plaindre du bruit, et si cette même scène se passe en plein bombardement en Juin 1944…

Autant de possibilités que de combinaisons que je vous propose d’expérimenter durant ce stage dont le plaisir et le kiff du jeu seront les principaux carburants.

Portrait de Nabla Leviste

Nabla Leviste

Faire des personnages qui veulent des trucs

COMPLET

Parfois dans une scène, nous nous trouvons dans la désagréable situation de ne plus rien avoir à faire ou dire, d’être déconnecté de ce qu’il se passe ici et maintenant. Avec cette technique travaillée dans ce stage de 5 heures, nous nous proposons de régler le problème de manière créative. Nous articulerons le stage autour des notions suivantes :

  • Que veulent nos personnages ? quelle différence entre besoin, envie, objectif, intention ?
  • Comment concilier les intentions de chacun de nos personnages ?
  • Comment capitaliser sur ces intentions pour les transformer en moteur créatif ?

Ce stage introduit de nombreux concepts et nous les travaillerons de manière délibérée pour déclencher des réflexes essentiels à la construction de tous nos personnages. Les scènes qui en découlent sont très souvent et très rapidement fun à jouer et fun à regarder. Tout… bénef !

Portrait d'Antoine Rup

Antoine Rup &
Kévin Guéguen

Musique et impro
!! Attention stage sur 2 jours !!

Ce stage aura lieu à la Fabrique à Impros

Ce stage ayant lieu sur deux jours, pas besoin de vous inscrire pour le samedi et le dimanche. Une seule inscription pour les deux jours.

Inscription musicien.ne

Inscription comédien.ne

L’idée de ce stage est d’explorer la relation entre la musique et le théâtre en improvisation. Des moments de ce stage se feront séparés (d’un côté musique, d’un autre théâtre) et d’autres moments seront communs.

Coté musique
  • Comment mettre en valeur la scène jouée ?
  • Comment colorer les mots, souligner les émotions ?
  • Quelle place prendre ?
  • Accompagner, proposer… ?

L’objectif de ce workshop est de faire un tour d’horizon des possibilités que propose le rôle de musicien dans l’impro.

Durant l’atelier, nous travaillerons sur la justesse de nos propositions, sur la place que nous pouvons nous allouer dans l’improvisation, sur l’écoute du musicien, sur l’intensité, sur différents modes de jeu ainsi que les registres qu’on peut utiliser pour faire honneur et inspirer nos partenaires de jeu.

Coté théâtre

Comment la musique va faire varier notre impro ? Comment s’en servir à bon escient ? Doit-on suivre la musique ou la remonter à contre-courant ? Comment peut-on se concentrer sur notre jeu, notre personnage, notre histoire ET EN PLUS écouter la musique ? Comment se servir de la musique pour ajouter de l’intensité à nos scènes ?

C’est ce genre de questions que nous allons aborder dans cette journée. Nous allons tenter de redoubler d’écoute pour que la musique ne soit plus un décor au service du théâtre d’impro mais bel et bien un réel partenaire de jeu.

Portrait de Joe Fuego

Joe Fuego

Mise en scène spontanée

70,00Ajouter au panier

L’improvisateur.rice se propose comme comédien.ne, auteur.e et metteur.se en scène.

Si les deux premières fonctions sont largement travaillées, la mise en scène reste plus discrète. Le caractère performatif des formes improvisées prend souvent le dessus au point d’étouffer cette dernière.La mise en scène devient un ajout, un apparat, voire un accessoire.

Je vous propose d’entendre ma réflexion sur cette dimension du spectacle et de vous confronter à votre propre vision de la création théâtrale spontanée, semi-spontanée ou préparée.

Nous déterminerons nos champs d’action, nos moyens de théâtralité, nous observerons nos formes de jeu déjà misent en place et découvrirons celles qui peuvent se présenter à nous.

Entre la parole mise en scène et la parole émise en scène tout un travail se met en place c’est ce que je vous propose de travailler.

Portrait d'Aurore Cariou

Aurore Cariou

Tais toi et joue !

COMPLET

Tais toi un peu pour voir…

Et si on essayait d’en dire moins pour dire mieux ? La lecture du public est plus souvent visuelle avant d’être auditive. Cet atelier nous poussera à prendre en compte le non verbal. On jouera en parlant avec la bouche un peu mais avec les corps surtout.  Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ces derniers sont très bavards.

Portrait de Victor Jamet

Victor Jamet

Théâtraliser la violence

COMPLET

Après cette réplique c’est sûr…ça part en baston…

(Panique dans les regards, ça ne va encore pas bien rendre pour le public.)

VOIX OFF : Une heure plus tard après un combat acharné …

En impro nous avons tendance à éviter les scènes de violence pour plusieurs raisons évidentes : on ne veut pas se blesser, on ne veut pas faire brouillon, on ne veut pas gêner le public.

En tant que physiologistes musculaires nous dirions (avec des lunettes rectangulaires sur le bout du nez) : « Les scènes à très forte intensité émotionnelle déclenchent d’importantes sécrétions d’adrénaline nous poussant à agir et parler rapidement et bruyamment. Ceci rend périlleux l’art de l’improvisation dont l’écoute est la principale composante. »

En tant que nous-mêmes nous disons plutôt : « violence et improvisation ne sont pas copains »

Et si nous tentions ensemble de prouver que c’est faux… ?

Et si on pouvait jouer ce genre de scènes en confiance avec nos partenaires, très propres visuellement, et bluffantes pour le public… ?

En jeu, on va remplacer le mot « violence » par « danse » pour s’amuser à enfiler des costumes de bourreaux et de victimes. Jouer l’affrontement en confiance avec ses partenaires, crée de l’effet pour le public tout en s’amusant à chorégraphier le combat. Les spectateurs sont choqués alors que nous nous amusons à « danser la guerre ».

L’objectif principale de ce workshop ? Se rendre compte de la générosité que l’on peut avoir à incarner de belles victimes. L’énergie ressentie par le public dépendra de notre capacité à subir !

Au programme
  • L’amour de la défaite évidemment, mais on adore ça en impro non ?
  • Les scènes de combat : Différentes techniques pour différentes esthétiques
  • Effet spéciaux : déchainements spectaculaires par le corps et par les mots.
  • Torture physique et psychologique
  • Tenir l’intensité émotionnelle sans (se) lasser.
  • – Dosage des scènes fougueuses dans une histoire improvisée.
Les raisons de NE PAS CHOISIR ce stage :
  • Porter des talons aiguilles de 30 cm et un slim moulant limitant votre capacité à bouger.
  • Avoir commencé l’improvisation hier soir devant un tuto.
  • Haïr le travail corporel, ou avoir un torticolis en phase terminale.
  • N’aimer absolument que les scènes d’amour où tout se passe bien.

Tarifs

Stages

Forfait 1 journée

70 €

Inclus :
– 1 journée de stage
– Adhésion à l’association la Fabrique à Impros
– 1 repas (dîner si samedi, déjeuner si dimanche)
– Spectacles du samedi soir

Forfait 2 journées

120 €

Inclus :
– 2 journées de stage
– Adhésion à l’association la Fabrique à Impros
– 2 repas (dîner du samedi + déjeuner du dimanche)
– Spectacles du samedi soir

Spectacles

Les coachs – 18h

5 €


Bi0 – les Eux – 20h30

10 €


Spectacles

Deux spectacles seront présentés au cours des Grandes improvisées. Les billets seront mis en vente très bientôt.

Spectacle des coachs

Samedi 29 août – 18h00

Les formateurs des stages des Grandes improvisées se retrouvent pour vous offrir un spectacle concocté pour l’occasion !

Bio

Samedi 29 août – 20h30

« Bio, ou la vie improvisée d’un héros anonyme », par Les Eux

A partir de 4 suggestions initiales fournies par le public (prénom, métier, passion et lieu), trois comédiens improvisent en direct la biographie du héros d’un soir. Une heure de spectacle mené tambour battant pour parcourir les temps forts de la vie de ce personnage inventé.

Empruntant aux codes cinématographiques (flashbacks, scènes parallèles, incursion dans les rêves ou les souvenirs du personnage…), les trois comédiens en scène dessinent avec maestria un portrait inédit. Humour grinçant, poésie, suspense et émotions fortes sont chaque soir au rendez-vous.

Sur les planches, les comédiens sont à la fois auteurs, acteurs et metteurs en scène de l’histoire qu’ils construisent sous nos yeux. Et le public en redemande ! Nombreux et fidèle, il applaudit depuis 4 saisons déjà cette performance hors norme.

Visuel du spectacle Bio par les Eux